Au lieu de l'avis d'un médecin - un conseil infirmier

Un grand changement nous attend bientôt. Il est probable qu'au second semestre 2019, les infirmières et les sages-femmes pourront voir les patients, les examiner et leur donner des conseils - tout comme les médecins. Le Fonds national de la santé les paiera pour cette prestation. Quelle sera sa valorisation? Les nouveaux pouvoirs sont-ils un ennoblissement de la profession et un pas vers une plus grande indépendance des infirmières, ou plutôt les alourdissant de tâches supplémentaires mal rémunérées? Les questions sont répondues par Zofia Małas - présidente du Conseil suprême des infirmières et sages-femmes.

  • Quelle est la nouveauté des conseils d'infirmière et de sage-femme? Après tout, ils peuvent rédiger des ordonnances conformément à la loi

Zofia Małas: En effet, depuis mi-2015, toute infirmière et sage-femme titulaire d'un diplôme de deuxième cycle en soins infirmiers ou obstétricaux ou ayant le titre de spécialiste dans le domaine des soins infirmiers ou de l'obstétrique a le droit de prescrire des médicaments seuls (à l'exception de ceux qui contiennent des substances très puissantes). , stupéfiants et substances psychotropes). Il peut également délivrer des ordonnances pour ces médicaments et des commandes de dispositifs médicaux.

La loi actuelle permet également à l'infirmière de poursuivre le traitement ordonné par le médecin et d'orienter le patient vers certains tests de laboratoire énumérés dans la loi.

  • Alors qu'est-ce qui va changer?

Les conseils en soins infirmiers seront un tout nouveau service, financé séparément par le Fonds national de la santé. Au cours des travaux sur cette nouvelle solution, le conseil professionnel a demandé que des conseils infirmiers soient introduits dans les domaines de la médecine où sont traités des patients atteints de maladies chroniques, par exemple en diabétologie, endocrinologie, cardiologie, etc. dans les domaines suivants: cardiologie, obstétrique et gynécologie et chirurgie générale.

Pour l'instant, un projet de conseil infirmier est prêt pour des services garantis dans le domaine des soins ambulatoires spécialisés (AOS), c'est-à-dire dispensés dans des cliniques spécialisées. En fin de compte, nous voulons créer une possibilité légale pour les infirmières et les sages-femmes de fournir de tels services, également garantis dans les cliniques de santé.

  • Quelles activités les conseils infirmiers couvriront-ils?

Les infirmières et sages-femmes auront des compétences similaires à celles d'un médecin. Un spécialiste possédant les qualifications requises verra les patients, effectuera un examen physique, posera un diagnostic, rédigera une référence pour certains tests de laboratoire et délivrera des ordonnances de médicaments ou des commandes de dispositifs médicaux. Comme vous pouvez le voir, les pouvoirs d'une infirmière et d'une sage-femme se développeront considérablement.

Le projet de nouvelles dispositions légales sur les conseils infirmiers propose d'inclure également des conseils sur la manière de traiter les plaies et de réaliser des examens préventifs pour la détection précoce des troubles fonctionnels chez les patients de plus de 65 ans.

Cependant, en cas de doute sur le diagnostic ou la thérapie, l'infirmière peut orienter le patient vers un médecin ou consulter un médecin. Évidemment, cette nouvelle solution nécessitera un changement progressif de mentalité des médecins et des patients. Les deux doivent découvrir que l'infirmière est également capable de bien prendre soin des malades et de mener correctement le traitement.

  • Combien une infirmière ou une sage-femme recevra du Fonds national de santé pour des conseils?

L'accord signé par le gouvernement autonome infirmier et le Syndicat national des infirmières et sages-femmes avec le ministre de la Santé et le président de la Caisse nationale de santé en juillet 2018 nous ouvre la voie pour mettre en place ce nouveau service. Les conseils infirmiers seront un service financé séparément par le payeur. Cela signifie que les spécialistes qui conseillent les patients seront en outre récompensés. En revanche, les discussions sur la valeur de la valorisation sont toujours en cours.

Je ne sais pas d'où vient la rumeur déjà répandue selon laquelle une infirmière devait recevoir 8 zlotys pour obtenir des conseils du Fonds national de la santé. Le taux de salaire n'a pas encore été annoncé. Le président du Fonds national de la santé le fera dans un ordre approprié. Il faut s'attendre à ce qu'il ne s'agisse pas d'un montant universel, mais d'au moins deux ou trois taux différents: selon qu'il s'agira d'une rémunération pour des conseils infirmiers dispensés dans une clinique spécialisée (AOS) ou dans un établissement de soins de santé primaires. Le prix des services de visite à domicile par les infirmières communautaires sera probablement différent.

  • Une bonne évaluation est probablement la clé du succès de ce projet?

Les infirmières et les sages-femmes voudront exercer leurs nouveaux pouvoirs et voir les patients en leur donnant des conseils s'ils ont une incitation financière. Par conséquent, il est important d'avoir une évaluation attrayante de cet avantage qu'ils souhaitent assumer de nouvelles fonctions responsables. L'hypothèse même est correcte et a de nombreuses conséquences positives: elle rehaussera le prestige de la profession, les infirmières auront une plus grande indépendance et une plus grande indépendance, et en même temps soulagera le système de santé.

Cela sera également bénéfique pour les patients, car ils n'auront pas à attendre de longues files d'attente pour obtenir des conseils d'experts et recevoir une ordonnance. Pour le système, cette solution signifie des économies, car les services fournis par les infirmières et les sages-femmes seront moins chers que les conseils médicaux. Cependant, dans la pratique, l'introduction du conseil infirmier ne sera couronnée de succès que si son évaluation n'est pas excessivement disproportionnée par rapport au taux de conseil médical.

  • De quelles qualifications une infirmière ou une sage-femme a-t-elle besoin pour être en mesure de fournir des conseils par elle-même?

Toutes les infirmières et sages-femmes n'auront pas cette licence. Seuls ceux qui ont une maîtrise ou un baccalauréat en soins infirmiers ou obstétricaux et qui ont une spécialisation, ou les infirmières et sages-femmes qui ont reçu une formation différente, mais qui ont une spécialisation, pourront fournir des conseils indépendants. Près d'un tiers des infirmières et sages-femmes actives se spécialisent en leur donnant le droit de fournir des conseils infirmiers.

Je suis fier de souligner que les personnes qui travaillent dans notre profession éduquent et améliorent constamment leurs qualifications. On peut donc s'attendre à ce qu'au fil du temps, le nombre de spécialistes autorisés à fournir le service de conseil infirmier augmentera progressivement dans le système de santé.

  • La plus grande indépendance des infirmières dans de nombreux pays a déjà fait ses preuves. Je pense qu'il est grand temps pour nous d'introduire cette solution?

Oui, les infirmières et sages-femmes aux États-Unis, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves sont la première ligne en matière de soins de santé: elles voient les patients, posent un premier diagnostic et donnent des conseils. Ce n'est que dans les cas plus difficiles qu'ils orientent les patients vers des médecins spécialistes. Il s'agit d'une amélioration significative des soins de santé et, en plus, d'une solution avantageuse d'un point de vue économique.

Nous devons nous rappeler que la société polonaise vieillit, qu'il y a trop peu de médecins dans presque toutes les spécialités et que l'âge moyen d'une infirmière est maintenant de 52 ans. Si nous n'introduisons pas de changements systémiques qui amélioreront les soins médicaux et nous n'encourageons pas les jeunes par diverses incitations, y compris des incitations matérielles, à choisir la profession d'infirmière et de sage-femme et à rester et travailler en Pologne, nous aurons bientôt un grave problème. Il vaut la peine de prendre tout cela en compte lors de l'évaluation de ce nouvel avantage.

Étiquettes:  Alimentation Et Nutrition Check-Out Psychologie 

Des Articles Intéressants

add