Vigorexie: dépendance sportive

La vigorexie est une maladie reconnue par l'OMS qui affecte les personnes dépendantes de sports excessifs. Environ 15% de ceux qui pratiquent entre une et plusieurs heures de sport par jour peuvent souffrir de vigorexie. Le risque de dépendance est présent chez les athlètes amateurs qui s'entraînent environ 10 heures par semaine. Cette dépendance consiste à pratiquer un sport plus longtemps, car cela ne fait pas du bien si vous arrêtez de le faire.


Qu'est-ce que la vigorexie?

Le sport libère des endorphines qui provoquent bien-être et sensation de satiété. Les athlètes souffrant de vigorexie cherchent constamment à augmenter ce «plaisir» qui peut conduire à une véritable dépendance.

Quelles sont les causes de la vigorexie

Les raisons de cette addiction au sport sont multiples, comme l'envie, l'obsession d'avoir l'air athlétique, la nécessité de combler un vide émotionnel ou professionnel, la présence d'un narcissisme, la volonté de dépasser ses limites et d'avoir une meilleure estime de soi.

Quelles sont les conséquences de la vigorexie

La vie quotidienne d'une personne atteinte de vigorexie est entièrement organisée autour du sport, ce qui peut entraîner des problèmes familiaux et professionnels. Faire du sport devient une obsession qui a une prépondérance sur d'autres choses.

Les effets de la vigorexie

Les athlètes les plus susceptibles de souffrir de vigorexie sont ceux qui pratiquent la musculation et l'endurance.

Les risques de dépendance au sport sont associés à la même pratique excessive. Par exemple, l'épuisement général dû à une activité sportive intense. Il existe des risques de déchirures musculaires, de blessures aux tendons, de fractures osseuses et de crise cardiaque, entre autres.

Le risque de dépendance aux produits anabolisants ou aux protéines est également très réel chez certaines personnes, en particulier celles qui font des poids.

Suis-je accro au sport?

Les personnes atteintes de vigorexie ont tendance à nier leur dépendance aux sports excessifs, elles augmentent même la fréquence de leurs activités physiques pour contredire leur famille et leurs amis.

Traitement de la vigorexie

Il est souvent nécessaire de consulter un psychologue ou un spécialiste de la toxicomanie. Cette étape n'est possible que lorsque la personne accepte l'idée qui dépend de l'exercice.

Prévention de la vigorexie

Il est conseillé de diversifier vos activités physiques, de pratiquer des sports de façon moins isolée, c'est-à-dire avec d'autres personnes. Pratique pour le bien-être et non pour l'obligation. Le sport doit être un vrai plaisir et non une limitation.

Photo: © Ijupco - 123RF.com Étiquettes:  Nutrition Sexualité Glossaire 

Des Articles Intéressants

add