Si c'est trop beau pour être vrai, c'est probablement faux

Mercredi 31 octobre 2012
Journalistes, revues scientifiques, chercheurs eux-mêmes ... nous sommes nombreux à contribuer à diffuser les résultats d'études et de recherches étonnamment bonnes. Le problème est que beaucoup d'entre eux ne tiennent pas lorsque d'autres collègues tentent de reproduire leurs conclusions, comme vient de le montrer un scientifique réputé. Ioannidis est célèbre parmi ses collègues pour avoir constamment remis en question les résultats scientifiques publiés (en 2010, il a reçu le titre de «Brave Scientist») et dénoncé les faiblesses de la science moderne; sur la base de ce que l'on appelle l'examen par les pairs (experts qui examinent d'autres experts).

A cette occasion, dans les pages du Journal de l'American Medical Association, Ioannidis souligne que les très bons résultats ne sont généralement pas obtenus lorsqu'ils tentent de confirmer. Selon leurs conclusions, les études qui démontrent des avantages extraordinaires échouent lorsqu'il s'agit de reproduire leurs observations.

Pour parvenir à cette conclusion, son équipe de l'Université de Stanford (USA) a analysé pas moins de 300 000 publications sur 85 000 sujets différents. Parmi ceux-ci, expliquent-ils, 16% ont montré des bénéfices cinq fois plus importants pour le patient par rapport au groupe témoin (patients qui n'ont pas reçu le même traitement ou, au contraire, n'ont reçu qu'un placebo).

Eh bien, dans 90% de ces cas «extraordinairement bons», les avantages supposés ont été considérablement réduits dans les essais ultérieurs.

Parmi les raisons qui expliqueraient ce phénomène (que l'on pourrait qualifier de «trop beau pour être vrai»), plusieurs se distinguent: les résultats positifs proviennent généralement de petites études (avec moins de 100 participants), qui mesurent souvent des indicateurs intermédiaires (au lieu de par exemple).

Rita Redberg, spécialiste de l'Université de San Francisco (USA) sans lien de travail, a déclaré au journal "Los Angeles Times" que ces résultats devaient être pris en compte. "Souvent, certains médicaments reçoivent l'approbation des autorités en fonction de ces types de petits travaux. Peut-être ne devrions-nous pas nous dépêcher."

Parfois, les experts s'accordent à dire qu'un avantage modeste peut avoir plus d'avantages pour le patient qu'un avantage spectaculaire, mais incroyable.

Source: www.DiarioSalud.net Étiquettes:  Santé Famille Glossaire 

Des Articles Intéressants

add