informations

Plus de malformations congénitales chez les enfants du cousin? Oui mais non

Vendredi 5 juillet 2013.-Henri Marie Raymond de Toulouse - Lautrec était un génie de la peinture et sa petite apparence physique gracieuse est connue. Ce n'était cependant pas le résultat du hasard ou du reflet direct de l'esthétique de leurs parents, mais la conséquence de malformations congénitales causées précisément par la relation entre leurs parents, cousins ​​germains.

Le peintre français est l'un des personnages qui a nourri le mythe du danger d'avoir une progéniture parmi les parents au premier degré, une théorie qui a beaucoup de vérité mais qu'il est plus que nécessaire de clarifier, comme une étude publiée dans la dernière édition de `` Le Lancet '.
Comme il l'explique dans un éditorial du même magazine, par Alan Bittles, du Center for Comparative Genomics de l'Université Murdoch, ce n'est pas, logiquement, la première fois écrit sur la consanguinité et les malformations congénitales mais, jusqu'à présent, "l'association entre les deux ces facteurs ont souvent été entravés par des lacunes dans la conception des études ou par la petite taille de l'échantillon. "
Cela ne se produit sans aucun doute dans le nouveau travail, dont les données ont été obtenues à partir d'une importante étude épidémiologique, à Bradford, qui analyse 13 500 enfants nés dans la ville britannique entre mars 2007 et décembre 2010.
Les habitants de cette ville, près de 300 000, comprennent une proportion importante de Pakistanais, une nationalité dans laquelle les mariages entre parents sont relativement courants. Pour cette raison, l'échantillon était suffisamment large pour étudier l'influence de la consanguinité et d'autres facteurs sur le risque de malformations: âge maternel, consommation de tabac et consommation d'alcool. Au total, 18% des bébés étaient des enfants de partenaires cousins ​​au premier degré. 31% des anomalies détectées chez les enfants d'origine pakistanaise étaient imputables à la consanguinité.
Les résultats ont confirmé que la consanguinité doublait le risque d'anomalies congénitales, mais que le risque absolu restait faible. "Il est important de noter que l'augmentation du risque en termes absolus est faible (de 3% à 6%), ce qui signifie que seule une petite minorité d'enfants nés de parents naîtront avec une anomalie", prévient l'auteur principal, le chercheur de Université de Leeds Eamonn Sheridan.
Les auteurs de la recherche concluent qu'il est important d'avertir les couples de proches parents du danger de malformations congénitales chez leurs enfants. Selon un rapport sur les mariages consanguins publié en 2011, environ 1, 1 milliard de personnes vivent dans des pays où de telles unions sont courantes et, dans eux, un mariage sur trois se fait entre cousins.
Les scientifiques réunis à Genève, où le rapport a été produit, ont préconisé une plus grande utilisation des outils moléculaires pour définir les risques génétiques dans la progéniture de ce type de jonctions. Les techniques de procréation assistée, comme le diagnostic génétique préimplantatoire, seraient une alternative pour les couples de ce type.
Source: www.DiarioSalud.net