Les effets de la violence domestique sur l'esprit des femmes

Mardi 5 février 2013.- Conclut que ce qui a plus de poids dans le fonctionnement mental des femmes, c'est la relation qu'elle a avec elle, qui est presque la même gamme que la relation avec son partenaire.

Une thèse de doctorat récemment soutenue à l'Université de Deusto étudie les effets de la violence sexiste sur le développement psychique des femmes. Le nouveau docteur Carmina Serrano Hernández est l'auteur de cette recherche qui vise à comprendre le phénomène de la violence de genre, à en connaître les causes et les effets.

Le chercheur part de l'idée que l'esprit des gens n'est pas une réalité statique puisque les contextes dans lesquels ils vivent, le sexe, le pouvoir et les relations vont conditionner leur développement ou leur détérioration. Selon lui, les rôles et les stéréotypes de genre et l'idéal de l'amour romantique sont quelques-unes des causes de la violence de genre et génèrent également des restrictions sur le développement de soi et la possibilité de maintenir une relation saine et égale.

Selon les résultats de la thèse, le maintien des femmes dans des relations abusives et leurs comportements contradictoires est dû à la détérioration que le lien traumatique génère dans leur esprit, rapporte Trends 21.

Les conclusions les plus pertinentes obtenues dans cette recherche sont, entre autres, que les femmes battues présentent des altérations du fonctionnement physiologique, sensomoteur, émotionnel et cognitif et une détérioration de la régulation émotionnelle, de l'affirmation de soi, de l'assertivité, de l'évaluation et de la mentalisation. Les personnes qui souffrent de maltraitance ont un attachement inquiet plus élevé, une faible estime de soi, un besoin d'approbation et une peur du rejet.

De même, les données fournies par la recherche remettent en question certaines des hypothèses des théories actuelles sur le fonctionnement des femmes prises au piège dans des relations abusives. Selon le Dr Serrano, ni le masochisme féminin supposé, ni le narcissisme, ni les mauvais traitements dans la famille d'origine n'ont été révélés comme des facteurs suffisamment déterminants de son fonctionnement psychique.

En fait, il conclut: ce qui a plus de poids dans le fonctionnement mental des femmes, c'est la relation qu'elle a avec elle, qui est presque la même gamme que la relation avec son partenaire.


Source: www.DiarioSalud.net Étiquettes:  Bien-être Nutrition Sexualité 

Des Articles Intéressants

add