informations

Les bébés qui mangent à table avec leurs parents ont un plus grand développement verbal

Mardi 5 novembre 2013.- Les bébés qui mangent avec leurs parents à table ont un développement verbal plus important que ceux qui le font séparément, comme l'a assuré le pédiatre José María Paricio à Europa Press, à l'occasion de la publication de son livre ' Vous êtes la meilleure mère du monde », où les mères sont encouragées à faire confiance à elles-mêmes et à leur instinct pour prendre soin de leurs enfants de la meilleure façon possible.

En ce sens, l'expert a veillé à ce que les bébés qui sont présents dans les repas familiaux améliorent leur capacité verbale car ils participent aux conversations et voient ce que les parents font et mangent. En fait, Paricio a rejeté les théories qui disent que nous devons introduire la nourriture des bébés petit à petit et, a-t-il souligné, après 6 mois, les enfants peuvent déjà manger "pratiquement tout".
"Vous n'avez pas besoin de commencer par un aliment ou un autre car il est connu que celui qui sera allergique au poisson le sera à l'avenir, peu importe quand vous commencerez à le manger. Par conséquent, il n'y a pas d'ordre unique pour commencer la nourriture, mais la chose la plus pratique est de commencer par les choses qui sont mangées à la maison, plus ou moins écrasées, mais manger ce que les parents mangent ", a-t-il ajouté.

VOUS N'AVEZ PAS À FORCER LES ENFANTS À MANGER


Cela dit, le pédiatre a souligné l'importance de ne pas forcer les enfants à manger et a recommandé aux familles dont les enfants mangent "mal" de ne pas être persécutés pour manger mais plutôt d'attendre les enfants avoir faim
"Je n'ai vu aucun enfant mourir par manque de nourriture. Un enfant mange de faim et finit par manger, mais ils se sont habitués à un jeu de tir à la corde dans lequel les mères et les pères les poursuivent avec la cuillère pour manger. En fait, la grande majorité des parents qui se plaignent que les enfants ne mangent pas ont tendance à être quelque peu des désastres conceptuels autour des repas ", a déclaré Paricio.
De même, en ce qui concerne le sommeil, l'expert a rejeté les théories différentes et "contradictoires" qui existent sur la façon de faire dormir les bébés. De cette façon, il a conseillé d'être avec les petits quand ils pleurent, de ne pas les laisser pleurer, comme ils l'indiquent dans certains livres, et de les mettre au lit "tant que les parents ne les dérangent pas".
Et, comme il l'a dit, "il n'y a pas de preuves scientifiques" qui soutiennent l'idée qu'il vaut mieux laisser l'enfant pleurer pour apprendre à dormir ou qu'au contraire, il faut toujours être avec lui pendant son rêve. "Il faut voir ce qui est le mieux pour les parents et il est normal de les amener aux enfants quand ils pleurent et de les accompagner dans leurs larmes, comme quand un adulte pleure", a-t-il ajouté.

REJETTE LE SENTIMENT DE COUPABLE DE LA MÈRE


D'un autre côté, le spécialiste a rappelé aux mères «qu'elles ne sont pas coupables» de tout ce qui arrive à leurs enfants et a déploré que la société actuelle encourage ces sentiments car les mères ne sont pas autorisées à exercer librement leur maternité.
Plus précisément, Paricio a indiqué que les organisations internationales conseillent l'allaitement maternel pendant six mois et, au contraire, que les emplois n'accordent aux mères que trois mois et demi de congé, de sorte qu'elles doivent retourner au travail quand elles sont encore " ils sont très petits, "les faisant se sentir coupables.
De plus, poursuit-il, il est courant que lorsque les enfants tombent malades, les mères croient que c'était leur erreur car elles n'ont pas empêché l'apparition de ladite maladie. Une idée que l'expert a rejetée en s'assurant qu'une femme "est toujours une bonne mère" et "qu'elles ne sont pas à blâmer pour tout".
"Après avoir parlé aux mères pendant plus de 30 ans dans mon bureau, je suis arrivée à la conclusion qu'elles croient qu'elles sont à blâmer pour tout, des choses insoupçonnées et même des choses dont personne n'est responsable. C'est un excès de responsabilité. en raison de la civilisation dans laquelle nous sommes, dans laquelle, en plus, le mythe de la bonne mère prévaut. Pour chaque bébé, sa mère est la meilleure au monde et une femme si elle aime son fils sera toujours une bonne mère ", a-t-il déclaré. décida l'expert.
Source: www.DiarioSalud.net