Le nez artificiel pour détecter le cancer, un pas de plus

Vendredi 12 juillet 2013. - Il y a près de 15 ans, une étude a d'abord suggéré que certains types de cancer dégageaient une odeur particulière. Depuis lors, de nombreuses équipes ont essayé de développer un appareil électronique pour capturer ces gaz particuliers. Cependant, malgré des avancées comme celle qui vient d'être publiée cette semaine, le nez artificiel est encore loin d'être une réalité.

En 1999, il a été observé pour la première fois que l'urine des hommes atteints d'un cancer de la vessie dégageait plus de formaldéhyde que celle des hommes en bonne santé. Cette observation novatrice a ensuite été ratifiée dans un autre ouvrage dans lequel plusieurs chiens dressés ont pu détecter le cancer de la vessie chez des patients déjà diagnostiqués.
Toutes les personnes impliquées dans ce domaine de recherche ont convenu pendant tout ce temps que les chiens n'étaient qu'un outil - pas pratique en réalité -: le véritable objectif était de concevoir un type de système automatisé capable de détecter les gaz émis par l'urine ( souffle ou autre effluvium) d'un patient atteint de cancer.
Dans cette ligne, encore expérimentale, l'étude pilote publiée cette semaine dans le magazine 'PLoS One' est encadrée d'un nez électronique baptisé 'Odoreader' (lecteur d'odeur en anglais), conçu et breveté par des spécialistes des universités britanniques de Liverpool et Bristol.
L'appareil fonctionne comme un système pour détecter les composés organiques volatils, présents dans l'urine des patients diagnostiqués et non chez les individus en bonne santé. Après avoir introduit l'échantillon d'urine dans le système, «Odoreader» peut émettre un diagnostic en seulement une demi-heure.
Pour son développement, 98 échantillons ont été utilisés, 24 provenant de patients atteints de cancer de l'urine et 74 autres provenant d'individus en bonne santé; et bien que le nez artificiel ait détecté avec une précision de 100% l'urine appartenant à des sujets atteints de cancer, les auteurs eux-mêmes insistent sur le fait que l'appareil est encore loin d'être utilisé de manière généralisée.
Bien que l'équipe dirigée par Norman Ratcliffe insiste sur le fait qu'il sera nécessaire de valider les résultats dans un échantillon plus large, ils sont optimistes quant à leur utilité dans le monde réel. En fait, ils soulignent que le cancer de la vessie - dont environ 15 000 cas sont diagnostiqués par an en Espagne - est une tumeur avec un très bon pronostic lorsqu'elle est détectée dans ses premiers stades, ce qui arrive rarement, car la plupart des patients ne le font pas. Vous avez des symptômes
L'un de ces symptômes, peut-être le plus frappant, est la présence de sang dans l'urine (hématurie), ce qui peut cependant être dû à d'autres causes bénignes. "80% des patients avec une hématurie non douloureuse doivent être étudiés", expliquent les auteurs, ce qui nécessite de prélever un échantillon de tissu "coûteux, invasif et mal testé" comme la cystoscopie (qui nécessite de prélever un échantillon à travers un petit tube flexible qui est inséré à travers l'urètre).
Même dans le cas de patients déjà diagnostiqués, les rechutes fréquentes de cette maladie nécessitent une cystoscopie répétée ", ce qui représente environ 70% du coût du traitement du cancer de la vessie et en fait l'un des cancers les plus chers par patient ".
Il est urgent de rechercher de nouveaux biomarqueurs qui facilitent le suivi et améliorent le diagnostic précoce de la maladie (lorsque la survie à cinq ans peut être de 94%), soulignent les chercheurs. Et même s'il est trop tôt pour lancer les cloches à la volée, ils sont convaincus que le nouveau «Odoreader» ou des appareils similaires pourront accomplir cette tâche à l'avenir.
Source: www.DiarioSalud.net Étiquettes:  Santé Coupe-Enfant Nouvelles 

Des Articles Intéressants

add