FUKUSHIMA: Le rayonnement provoque des papillons mutants

SANS DATE. Fourni à l'EFE le mardi 14 août
par Joji Otaki, professeur de biologie à l'Université de Ryukyus, qui montre un spécimen mâle adulte muté du papillon Zizeeria maha. EFE

Tokyo, 14 août (EFE) .- Un groupe de scientifiques japonais a découvert des mutations génétiques chez des papillons exposés aux rayonnements dans la zone autour de la centrale atomique de Fukushima, épicentre de la crise nucléaire de 2011, selon un article publié dans le Portail "Rapports scientifiques" de la revue scientifique "Nature".
Selon les chercheurs, la crise nucléaire de Fukushima qui a débuté après le tsunami qui a frappé le nord-est du Japon en mars 2011 a provoqué "la libération massive de matières radioactives dans l'environnement", qui a causé "des dommages physiologiques et génétiques" aux papillons de Zizeeria, une espèce Très commun au Japon.
Ces types de papillons, qui ont un cycle de vie approximatif d'un mois, sont généralement considérés comme des "indicateurs environnementaux" très utiles, car ils ont des ailes dont le motif chromatique est très sensible aux changements de l'environnement, explique l'article.
L'équipe, composée de scientifiques de l'Université de Ryukyu, sur l'île d'Okinawa (sud-ouest), a collecté en mai 2011 un total de 144 spécimens adultes autour de Fukushima, dont certains présentaient de "légères anomalies" et, dans un anomalies "plus graves" de deuxième génération.
238 autres spécimens prélevés lors d'une deuxième vague en septembre 2011, six mois après l'accident nucléaire de Fukushima, présentaient des mutations encore plus prononcées, en particulier dans les ailes et les yeux, que dans celles étudiées en mai.
Selon les scientifiques, avec l'expérience, il est possible de démontrer que l'exposition à de petites doses de contamination radioactive chez des espèces telles que les papillons "a des implications inestimables" pour connaître les effets futurs des rayonnements sur le reste des animaux qui sont autour plante battue.
L'accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, le pire depuis Tchernobyl (Ukraine), a gravement touché l'agriculture locale, le bétail et la pêche, en plus d'avoir forcé l'évacuation de plus de 50 000 personnes d'une zone de exclusion de 20 kilomètres autour de la centrale nucléaire.
Depuis le début de la crise provoquée par le tremblement de terre et le tsunami qui a suivi en mars 2011, les autorités ont effectué des tests périodiques pour analyser l'impact que l'accident a pu avoir sur l'environnement ainsi que sur la nourriture. Étiquettes:  Santé Nouvelles Nutrition 

Des Articles Intéressants

add