Une étude établit un lien entre la dépression post-partum et la violence domestique

informations Par Kerry Grens

Dans une nouvelle étude, les femmes souffrant de dépression post-partum étaient plus susceptibles que les autres d'avoir une relation violente avec leur partenaire, tandis que les premières mères qui ont été victimes de violence étaient également plus susceptibles de développer une dépression post-partum.

"Intuitivement et cliniquement, ce chevauchement de dépression et de violence domestique n'est pas surprenant", a déclaré la Dre Linda Chaudron, professeure de psychiatrie au University of Rochester Medical Center, qui n'était pas impliquée dans l'étude.

Néanmoins, ces résultats sont pour les médecins un guide pour contrôler les femmes présentant des signes de dépression post-partum ou une relation violente.

"C'est le message que nous voulons envoyer: si les pédiatres ont commencé à détecter l'un de ces deux signes et à en identifier un, ils devraient contrôler l'autre", a déclaré le Dr Barry Solomon, professeur de pédiatrie au John's Hopkins Children's Centre et auteur principal de l'étude. .

Ces dernières années, les pédiatres ont adopté la routine de contrôle de la dépression post-partum et de la violence domestique chez les femmes qui consultent leur bébé.

"Il y a de plus en plus de preuves que la dépression maternelle ou la violence domestique affecte négativement les enfants", a déclaré Solomon.

UNE DES 14 FEMMES


L'équipe de Salomon a profité des consultations fréquentes des mères pour la première fois auprès des pédiatres pour déterminer la fréquence de coïncidence de la violence domestique et de la dépression.

En février 2008, les auteurs ont commencé à surveiller les mères de bébés de moins de six mois qui se sont rendus à la clinique pour des examens de routine.

La plupart des femmes étaient afro-américaines; un tiers d'entre eux étaient des adolescents.

Selon les enquêtes qui ont répondu, une mère sur quatre avait des signes de dépression post-partum et une sur 14 avait une relation violente.

Plus de 50% des participantes ayant une relation violente avec un partenaire souffraient de dépression post-partum, comparativement à 22% des femmes sans relation violente.

Et les femmes souffrant de dépression post-partum étaient quatre fois plus susceptibles d'obtenir des résultats positifs dans l'évaluation des signes de violence domestique.

4% des femmes sans dépression et 16% des femmes souffrant de dépression avaient des relations violentes.

L'équipe n'a pas pu déterminer si l'un causait l'autre. Pour Chaudron, l'association pourrait aller dans les deux sens.

L'étude, publiée dans le Journal of Pediatrics, a également révélé que les femmes souffrant de dépression post-partum étaient susceptibles d'amener fréquemment leur bébé à l'urgence. Pour Chaudron, ces mères souffriraient plus d'anxiété que les autres.

Le défi avec ces femmes qui ont besoin d'aide est d'obtenir plus de pédiatres pour contrôler les signes de dépression post-partum et de violence domestique.

Source: Étiquettes:  Check-Out Nutrition Régénération 

Des Articles Intéressants

add