Ce sont certains des médicaments que la sécurité sociale espagnole ne financera pas


EFE / MADRID Le Journal officiel de l'Etat (BOE) publie aujourd'hui la liste de plus de 417 médicaments qui, au 1er septembre, ne seront plus financés par la sécurité sociale, la grande majorité d'entre eux étant indiqués dans le traitement des symptômes mineurs

Les patients doivent payer intégralement le prix de certains médicaments indiqués pour des problèmes tels que l'irritation cutanée, la toux, la diarrhée ou la constipation, ce qui permettra des économies que la ministre de la Santé, Ana Mato, estimait à 458 millions d'euros fin juin.

Bien qu'au départ il était prévu que cette exclusion du financement public de plusieurs médicaments entrerait en vigueur début août, enfin, Santé a annoncé que le 1er septembre serait le moment où les utilisateurs devront commencer à payer pour eux.

Ensuite, les médicaments qui seraient exclus du financement public ont été estimés à 425, mais les détails du BOE pour le moment 417 et cette liste seront revus périodiquement.

À partir du 1er septembre, les patients doivent payer des médicaments populaires comme Almax (antiacide), Emportal ou Duphalac (laxatifs), Fortasec (antidiarrhéique), des onguents pour soulager la douleur arthritique tels que Fastum, Calmatel et Movilisin, des sirops pour toux comme Mucosan ou Pectox et acétylcystéine pour les pathologies pneumatiques, entre autres.

Cependant, la résolution de la Direction générale du portefeuille de services de base du système national de santé et de pharmacie que le BOE publie aujourd'hui prévoit des exceptions et, par conséquent, certains des médicaments inclus dans la liste continueront à bénéficier d'un financement public lorsqu'ils sont indiqués pour des pathologies spécifiques., comme pour les patients cancéreux.

Des sous-groupes de médicaments spécifiques continueront d'être payés par la sécurité sociale lorsqu'ils sont prescrits aux patients souffrant de maladie inflammatoire de l'intestin, de maladie de l'intestin irritable et de diverticulose (formateurs de volume); encéphalopathie et paraplégie portosystémiques (laxatifs osmotiques); patients cancéreux (antagonistes périphériques des récepteurs opioïdes) et claudication intermittente (vasodilatateurs périphériques).

En outre, les patients néoplasiques avec une toux persistante (alcaloïdes de l'opium et dérivés) et les patients atteints du syndrome de Sjögren (autres ophtalmologiques).

Mais malgré cette exclusion du financement de plus de 400 médicaments, tous ceux qui figurent sur la liste peuvent et doivent continuer à être prescrits lorsque le médecin le juge approprié, bien que le patient devra en payer le coût total.

Avec cette revue, selon la ministre de la Santé, Ana Mato, "elle cesse de financer les médicaments non essentiels et garantit ainsi l'accès à tous les médicaments nécessaires aux maladies qui mettent en danger la vie des citoyens, quel que soit leur coût" .

La santé a souligné aujourd'hui dans une déclaration que l'Espagne reste l'un des pays européens avec plus de médicaments et que, avec la France et l'Italie, est le seul qui dépasse 10 000 médicaments sur fonds publics; spécifiquement plus de 18 000.

La liste des médicaments exclus du système national de santé a fait l'objet d'un débat au sein du Conseil interterritorial de la santé, qui s'est réuni le 27 juin.

L'Andalousie, le Pays basque et, dans une moindre mesure, la Catalogne ont critiqué que la Santé les ait informés à la dernière minute de cette proposition, tandis que les communautés autonomes du PP ont soutenu cette mesure car cela signifiera des économies importantes.

Les socialistes estiment que des mesures telles que le ticket modérateur pour la santé et le «medicamentozo» n'atteindront pas les économies escomptées et entraîneront de nouvelles réductions.

De la forme ferme, pensez aux syndicats comme FSS-CCOO, FSP-UGT, SATSE et CSI-F, qui ont critiqué la proposition de la Santé pour ce qu'ils sont venus à appeler le «medicamentazo», puisque cette mesure, à son avis, «non cela permettra d'économiser ", mais" engendrera plus de dépenses "pour la société.

Et "déloyale" qualifient cette mesure de diverses organisations de consommateurs consultées par l'Efe, ainsi que l'employeur pharmaceutique, la Fédération des entreprises de pharmaciens espagnols (FEFE) et l'Association médicale (OMC).

Ces organisations estiment que cette mesure affecte toujours "les secteurs les plus défavorisés" et "poursuit un processus de démantèlement de la santé publique".


Étiquettes:  Bien-être Glossaire Nutrition 

Des Articles Intéressants

add