Le choléra s'étend des Caraïbes aux Amériques

Lundi 28 octobre 2013.- L'épidémie de choléra qui a éclaté il y a trois ans en Haïti et s'est étendue à la République dominicaine et à Cuba a commencé à se propager en Amérique continentale.Durant le mois dernier, 171 cas ont été confirmés au Mexique à partir d'une souche de 95 % similaire à celui qui circule actuellement dans les Caraïbes et qui à son tour vient d'Asie du Sud.

En août, une demi-douzaine d'infections ont également été détectées au Venezuela et au Chili. L'Organisation panaméricaine de la santé craint que la maladie ne se propage à travers le continent et finisse par devenir une menace mondiale.
Les bactéries du choléra se logent dans les aliments et l'eau contaminés. La population la plus pauvre vivant dans de mauvaises conditions sanitaires est généralement plus sujette aux infections. Une fois que les bactéries se sont installées dans les intestins humains, elles se manifestent par de la diarrhée, des vomissements et de la fièvre. La maladie devient aiguë dans un cas sur vingt.
Entre le 9 septembre et le 18 octobre 2013, les autorités sanitaires mexicaines ont enregistré un total de 171 cas de choléra dispersés dans le district fédéral et dans les États du Mexique, Hidalgo, Veracruz et San Luis Potosí. L'un des patients est déjà décédé et 39 d'entre eux ont dû être hospitalisés, selon les données du Centre national de liaison pour le Règlement sanitaire international du Mexique. Au moins dans l'État d'Hidalgo, il a été déterminé que l'eau de la rivière était la principale source de pollution.
Depuis l'épidémie qui a éclaté au Mexique au cours de la décennie de 1991 à 2001, aucune nouvelle épidémie de choléra n'a été signalée. Cette fois, cependant, la souche est différente: son profil génétique "présente une forte similitude (95%) avec la souche qui circule actuellement dans trois pays des Caraïbes (Haïti, République dominicaine et Cuba)", indique la dernière mise à jour épidémiologique. publié le 19 octobre par l'Organisation panaméricaine de la santé.
"C'est un tournant pour nous. (La propagation du choléra) est en fait une menace régionale et désormais une menace mondiale pour la santé", a déclaré Jon Andrus, directeur adjoint de l'Organisation panaméricaine de la Santé, à (NPR, pour son acronyme en anglais). "Nous avons fait campagne dans toute la région pour garder les pays sur leurs gardes", a ajouté Andrus.
L'épidémie qui sévit dans les îles des Caraïbes depuis trois ans et qui a depuis causé la mort de 8 874 personnes a commencé à se développer en Haïti en octobre 2010. Le premier cas a été signalé le 16 dans la ville de Saint Marc, située dans la province de l'Artibonite, à quelques heures de route de Port-au-Prince, la capitale. En quelques jours, la bactérie s'était propagée sur les rives de l'Artibonite, où toutes les villes voisines buvaient. Les Haïtiens ont attribué la responsabilité à un groupe de soldats des Nations Unies stationnés dans cette région, qui auraient contaminé les eaux du fleuve avec leurs excréments.
Un total de 8 413 personnes sont décédées en Haïti depuis le début de la maladie jusqu'au 12 octobre 2013, selon le dernier rapport du ministère de la Santé et de la Population d'Haïti. Tous les départements du pays enregistrent chaque semaine de nouveaux cas. Depuis 2010, la somme des personnes infectées est de 685 509 et 55, 6% ont dû être hospitalisés.
En République dominicaine, qui partage l'île d'Hispaniola avec Haïti, l'épidémie a commencé un mois plus tard, en novembre 2010. Depuis, 31 070 patients ont été diagnostiqués et 458 sont décédés. Le nombre de décès a considérablement augmenté en 2013 par rapport aux deux années précédentes: fin 2012, le taux de mortalité était de 0, 8%, alors qu'en octobre de cette année il a grimpé à 2, 1%; un chiffre qui double presque le nombre moyen de décès enregistrés à ce jour en Haïti, qui est toujours de 1, 2%.
La bactérie s'est également propagée dans tout Cuba, mais les autorités locales n'ont pas officiellement signalé la survenue de nouveaux cas depuis août dernier. Jusque-là, 678 personnes avaient été diagnostiquées dans les provinces de Camagüey, Granma, Guantanamo, La Havane et Santiago de Cuba, et trois d'entre elles étaient décédées. Selon les informations fournies par l'OPS, au moins cinq étrangers - originaires du Venezuela, du Chili et d'Italie - ont été infectés à Cuba et ont ensuite exporté le virus vers leur pays.
Source: www.DiarioSalud.net Étiquettes:  Nouvelles Nutrition Santé 

Des Articles Intéressants

add