informations

Détecter une augmentation de la dépression et de l'anxiété chez les couples de patients infarcis

Lundi 10 août 2015.- Une étude chez des femmes dont le mari a subi une crise cardiaque (dans 26% des cas entraînant la mort) montre qu'un an après l'épisode, elles sont trois fois plus susceptibles de prendre des antidépresseurs.
Des chercheurs du Medical Center de Duke University, aux États-Unis, disent que lorsqu'un homme souffre d'un infarctus du myocarde, ses proches ne doivent pas être laissés pour compte, après avoir détecté une augmentation de la dépression et de l'anxiété chez les femmes de victimes, même quand ils survivent.
Plus précisément, et selon l'European Heart Journal, un an après avoir perdu son mari à la suite d'une crise cardiaque, les veuves étaient trois fois plus exposées aux médicaments contenant des antidépresseurs qu'avant la perte. Mais même si le couple avait survécu, le risque de consommer ces médicaments a augmenté de 17% par rapport à l'année précédente.
"C'est un problème de santé vraiment important sur lequel il semble y avoir très peu de prise de conscience, à la fois parmi la profession médicale et parmi les responsables de la santé", a déclaré Emil Fosbol, auteur de la recherche, à la BBC.
En utilisant des enregistrements du Danemark, qui comprenaient des informations du registre national de l'état civil, qui montrent qui est marié et qui ne l'est pas, les chercheurs ont étudié les cas de 16 506 couples d'hommes décédés d'un arrêt cardiaque entre 1997 et 2008 et de 44 566 femmes des patients qui avaient survécu à une crise cardiaque.
Ils ont également enquêté sur l'utilisation d'antidépresseurs et d'anxiolytiques avant l'incident et jusqu'à un an après, et analysé les dossiers de dépression et de suicide.

Préparation psychologique

Les scientifiques ont également comparé ces informations avec les données de santé de 49 518 personnes dont les partenaires étaient décédés de causes non cardiovasculaires et de 131 563 femmes hospitalisées pour des événements non mortels non liés à des crises cardiaques.
Ainsi, ils ont vérifié que si le couple subit une crise cardiaque, la santé de l'épouse est plus affectée que celle des femmes dont le mari est décédé ou a survécu à d'autres maladies.
Les chercheurs spéculent que derrière ces différences se cache la nature soudaine et impossible de prédire une crise cardiaque, qui a un impact plus important sur ceux qui entourent la victime.
"Si votre partenaire meurt subitement d'une crise cardiaque, vous n'avez pas le temps de vous préparer psychologiquement à cette mort, tandis que si quelqu'un est malade, par exemple d'un cancer, il y a un temps pour se faire une idée", explique Fosbol.

Source: www.DiarioSalud.net