Circoncision contre la tumeur de la prostate

Lundi 14 janvier 2013.- Une étude internationale révèle que les hommes circoncis avant de perdre leur virginité sont 15% moins susceptibles de souffrir d'un cancer.
Le fait que les maladies sexuellement transmissibles (MST) augmentent le risque de développer un cancer de la prostate à l'avenir est une chose courante. «Ceux qui en souffrent sont 1, 5 fois plus susceptibles de le développer. Par exemple, une bactérie telle que la syphilis provoque une inflammation (prostatite), tout comme le papillomavirus humain, et ce sont des précurseurs de ce type de tumeur », explique l'urologue Juan Carlos Ruiz de la Roja, directeur de l'Institut urologique de Madrid.

Le «nouveau» est que le retrait du prépuce du pénis, c'est-à-dire la circoncision de l'homme avant d'être libéré dans le domaine sexuel, empêche l'apparition de la tumeur. Il vient d'être publié dans la revue "Cancer" des chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research Center. Et ils l'ont découvert après avoir évalué environ 3 400 hommes, 1 754 d'entre eux atteints d'une tumeur de la prostate et 1 645 en bonne santé. De cette façon, ils ont constaté que ceux qui avaient été circoncis avant leur premier rapport sexuel étaient 15% moins susceptibles de développer un cancer. «Bien qu'observatoires, ces résultats suggèrent un mécanisme biologique plausible par lequel la circoncision pourrait réduire le risque de cancer de la prostate», explique le chercheur principal Jonathan L. Wright de la division Hutchinson des sciences de la santé publique Centre De bonnes nouvelles étant donné que «l'année dernière, 22 000 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués et environ 6 000 hommes sont morts», explique Ruiz de la Roja, ajoutant que «lorsque l'homme n'est pas circoncis, il y a plus de tissus, plus de surface cutanée entourant le pénis, ce qui favorise la contagion, tout en le retirant, le processus infectieux qui se forme en dessous ne se produit plus ».
Cependant, nous devons garder à l'esprit que l'ablation du prépuce n'est pas toujours la solution, car dans environ 10% des cas, elle est héréditaire », explique le directeur de l'Institut urologique de Madrid.

Plus de sexe


Ceux qui n'osent pas aller en salle d'opération peuvent avoir des relations sexuelles trois ou quatre fois par semaine, car, comme le précisent les professionnels "cela empêche également l'apparition de la tumeur, mais cela doit être avec le même partenaire" sinon les MST peuvent se propager et augmenter risque de cancer », conclut Ruiz de la Roja.


Source: www.DiarioSalud.net Étiquettes:  Famille Différent Bien-être 

Des Articles Intéressants

add