informations

Des cerveaux comme des éponges

Vendredi 28 décembre 2012.- On dit toujours que les enfants sont comme des éponges, que les langues s'apprennent mieux quand nous sommes jeunes, que la plasticité du cerveau dans l'enfance est irremplaçable ... Mais, ce qui est vrai en tout ça? Nous entrons dans le cerveau d'un enfant.

Comme l'explique le Dr Emilio Rodríguez Ferrón, chef du service de pédiatrie de l'hôpital Perpetuo Socorro d'Alicante, l'être humain est né avec un certain nombre de neurones finis, plus de cent milliards qui - à partir de là - seront réduits jusqu'à la fin de nos jours

Cependant, c'est au cours des premières années de la vie que ces neurones s'organisent et commencent à établir des connexions entre eux (les soi-disant synapses) à une vitesse irremplaçable. De plus, bien que les nouvelles cellules nerveuses ne se développent pas, c'est pendant l'enfance que ces cellules deviennent myélinisées: c'est-à-dire qu'elles développent complètement la myéline, la substance qui les recouvre et leur permet d'établir des connexions entre elles. "Sans myéline, l'impulsion électrique ne fonctionne pas bien", résume-t-il.

Pour cette raison, Rodríguez Ferrón divise le développement cérébral de l'enfance en deux étapes. De la naissance à trois ans, explique ce neuropédiat à ELMUNDO.es, lorsque le cerveau a sa plasticité maximale, les régions du cerveau sont capables de s'adapter et même d'exercer les fonctions d'autres régions si elles sont endommagées pour une raison quelconque.

Un cerveau qui se dilate


Jusqu'à l'âge de six ans, poursuit ce spécialiste, "le cerveau continue d'acquérir des compétences mais sur une structure anatomique déjà définie"; de sorte qu'à cet âge, le processus de développement du cerveau puisse être interrompu.

Mais non seulement les neurones se développent, ils couvrent la myéline et se connectent les uns aux autres (après trois ans, ils auront établi 1 000 milliards de connexions); l'apparence du cerveau change également au cours des premières années de la vie.

En premier lieu, et c'est ce qui était évident avant, il grossit et est pourvu du reste du corps. Le cerveau représente un tiers de notre organisme tout entier au moment de notre naissance et atteindra près de 80% de sa taille adulte entre quatre et cinq ans. Une partie de cette croissance est due à la myéline elle-même, qui augmente son volume, ainsi qu'aux neurones, qui se dilatent pour étendre leurs ramifications.

Comme le pédiatre d'Alicante continue, il y a aussi quelques différences entre la substance blanche d'un enfant et d'un adulte (dans le premier, elle occupe moins d'espace dans le cerveau); tandis que dans le cas de la substance grise, elle reste pratiquement la même.

Précisément, une étude publiée en 2010 dans la revue 'Proceedings of the National Academy of Sciences' a conclu que les régions du cerveau qui se développent le plus pendant l'enfance sont les mêmes qui différencient les humains des primates.

Comme l'a expliqué l'équipe de Terrie Inder, bien que toutes les zones du cerveau se développent à mesure que cet organe grandit, celles qui se développent le plus sont celles dans lesquelles les «fonctions mentales les plus élevées» (comme le langage ou la pensée) ont lieu, est disent les régions temporales latérales, pariétales et frontales.

Développement par zones


Et bien qu'ils n'aient pas conçu leur travail pour répondre à cette question, ils osent s'aventurer que le retard dans le développement physique de ces zones peut être dû à la nécessité de limiter la taille du cerveau au moment de la naissance afin qu'il puisse passer à travers le cou de l'utérus de la mère lors de l'accouchement. Ou, tout simplement, que ce soit une question de priorité: «À la naissance, la vision est vitale parce que le bébé en a besoin pour allaiter et reconnaître sa mère; tandis que d'autres fonctions plus développées ne seront pas nécessaires jusqu'à ce que l'enfant grandisse.

Mais si quelqu'un s'est démarqué au cours des dernières décennies en ce qui concerne l'esprit des enfants, c'est Elizabeth Spelke, de l'Université de Harvard (États-Unis), qui fait des expériences depuis trente ans pour prouver que même les nouveau-nés ont une sorte de «connaissance innée» à partir de laquelle nous développons le reste de nos capacités.

Spelke a montré que, parmi les capacités que le cerveau du nourrisson apporte «en standard», une certaine capacité numérique se démarque (les bébés d'un mois seulement sont capables de distinguer un groupe de quatre sons d'un autre de 12); ils sont conscients de la solidité des objets ou préfèrent interagir avec des personnes qu'avec des objets immatériels.

Mais malgré toutes ces avancées, le cerveau reste une grande inconnue. En fait, aux États-Unis, une expérience est menée qui évaluera 564 enfants de tout le pays de la naissance à l'âge de 18 ans. Grâce à l'imagerie par résonance magnétique, le projet Brain-Child vise à étudier comment ce mystérieux orgue gris se développe et s'organise.


Source: www.DiarioSalud.net