Associer la maladie d'Alzheimer à la perte d'épaisseur de deux couches de la rétine

Vendredi 15 novembre 2013.- Une étude sur des souris génétiquement modifiées relie cette pathologie à l'amincissement des couches nucléaires internes et des cellules ganglionnaires.

Une équipe internationale de chercheurs étudiant la relation entre la perte de vision et la maladie d'Alzheimer vient de découvrir que la perte d'une couche de cellules rétiniennes pourrait révéler la présence de cette pathologie.

Ces scientifiques, appartenant au Georgetown University Medical Center (GUMC) et à l'Université de Hong Kong en Chine, ont examiné la rétine des yeux de souris génétiquement modifiées pour développer la maladie, comme expliqué hier lors de la présentation de ses recherches en Neuroscience 2013, l'assemblée annuelle de la Society for Neuroscience.

«La rétine est une extension du cerveau, il est donc logique de voir si les mêmes processus pathologiques dans le cerveau avec la maladie d'Alzheimer se retrouvent également dans l'œil», explique R. Scott Turner, directeur du programme des troubles de la mémoire à GUMC et le seul auteur américain de cette étude. "Nous savons qu'il existe une association entre le glaucome et la maladie d'Alzheimer puisque les deux sont caractérisés par la perte de neurones, mais les mécanismes ne sont pas clairs", ajoute-t-il.

Perte d'épaisseur


Turner note que de nombreux chercheurs considèrent de plus en plus le glaucome comme une maladie neurodégénérative similaire à la maladie d'Alzheimer. La recherche s'est concentrée sur la couche de cellules ganglionnaires rétiniennes, qui transmet au cerveau les informations visuelles par le biais du nerf optique, mais avant cette transmission, les cellules ganglionnaires rétiniennes reçoivent des informations d'une autre couche appelée couche nucléaire intérieure

Dans leur travail, ces chercheurs ont analysé l'épaisseur de la rétine, y compris la couche nucléaire interne et la couche de cellules ganglionnaires et ont constaté une perte d'épaisseur significative dans les deux. La couche nucléaire interne a montré une perte de 37 pour cent des neurones et la couche de cellules ganglionnaires, une perte de 49 pour cent par rapport aux souris témoins saines correspondant à l'âge.
Source: www.DiarioSalud.net Étiquettes:  Nouvelles Coupe-Enfant Nouvelles 

Des Articles Intéressants

add